Tags

, , , ,

Il l’appelait « sœurette Aïsha » dans le secret de son cœur, en raison des ressemblances unissant les deux femmes, qui avaient les mêmes cheveux d’or et les mêmes yeux bleus.

(Naguib Mahfouz, Impasse des deux palais, tr. P. Vigreux, 1.2)

Advertisements