Tags

, ,

Il parut alors, avec sa taille, sa carrure, dans son cafetan couleur cumin, tel un coursier fringant dressé nerveusement sur ses pattes de derrière.

(Naguib Mahfouz, Impasse des deux palais, tr. P. Vigreux, 1.3)

Advertisements