Tags

, , ,

Aïsha lui dit alors en riant,  tout en l’aidant à enfiler sa robe blanche brodée de fleurs violettes :
— Arrête de te mésestimer !

(Naguib Mahfouz, Impasse des deux palais, tr. P. Vigreux, 1.4)

Advertisements