Tags

, ,

Après avoir promené son ruban de lumière autour de Semlin, il décrit dans la plaine une courbe parfaite et cueille au passage les eaux plus vertes de la Save ; puis, grossi de son tributaire, emportant avec lui la fortune de vingt peuples souverains, il reprend sa course vers l’Orient.

(Paul-Gabriel d’Haussonville, « De Salonique à Belgrade », La Revue des deux Mondes, 15 jan. 1888)

Advertisements