Tags

,

L’épiphanie de la canicule aura été de courte durée. Depuis, ici, le temps est à nouveau égal à lui-même – tout en camaïeux de gris -, et je sens pointer la fatigue d’un continuum météorologique dans lequel mon corps s’enlise.

(Esther Luette, « C’est le corps et la tête qui se font la guerre »)